• louemel

Surdité envers le mouvement des Gilets Jaunes

Mis à jour : 15 sept. 2019

Les commentaires affolés de nos politiciens, essayant à tout prix de noyer le poisson, sur les manifestations hebdomadaires sabbatiques des Gilets Jaunes, m’énervent. Surtout quand ils instrumentalisent la violence toute relative (et répréhensible) de certains manifestants afin de décrédibiliser le mouvement et ses revendications sociétales légitimes.


Comme l’analysait brillamment Dom Hélder Câmara (1909-1999), archevêque et figure importante de la « théologie de la libération » : « Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’Hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.


La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première.

La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres. »

Et Dom Hélder d’ajouter : « Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »


L’autisme sélectif de nos politiciens envers la souffrance des classes moyennes, laborieuses ou défavorisées, exprimée par les Gilets Jaunes, ne fait qu’aggraver la contestation populaire. Celle-ci témoigne d’un ras-le-bol qui s’est accumulé depuis plusieurs dizaines d’années. Quand la goutte d’eau fait déborder le vase, c’est très difficile d’y remettre toute l’eau. Et les efforts ridicules de nos technocrates macroniens de traiter uniquement cette goutte d’eau n’arrangeront rien alors que le vase lui-même a explosé.


Je condamne les violences, mais je suis solidaire de la majorité des revendications des Gilets Jaunes. Pour obtenir des avancées, il est nécessaire de combattre. Cela fut le cas pour tous nos acquis sociaux et démocratiques.


Rappelons-nous qu’en France, lors de notre fameuse Révolution, on a guillotiné du nanti pour moins que cela. Si nos politiciens ne comprennent toujours pas ce qui se passe, c’est ce qui risque de leur arriver (au moins symboliquement, dans les urnes).


L’Etoile. Rédaction : Gabriel Hagaï




Pour nous contacter:

Pour nous contacter, merci de nous écrire à l'adresse mail suivante: 

partiletoile@yahoo.com

© 2023 by Kathy Schulders. Proudly created with Wix.com  

  • Grey Twitter Icon